Université de Moncton

Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Abonnez-vous à l’infolettre
Bookmark and Share
Jeudi 03 Octobre 2019

Le drapeau wolastoqiyik (malécite) flottera en permanence au campus d’Edmundston

De gauche à droite;
Michel Pelletier, traditionnel de la Première Nation malécite du Madawaska (PNMM); Donna Wallace-Bourgeault et Diane Pelletier, conseillères de la PNMM; Madeleine Dubé, vice-rectrice de l'Université de Moncton, campus d'Edmundston; Patricia Bernard, chef de la PNMM; Jacques Paul Couturier, recteur et vice-chancelier par intérim de l’Université de Moncton; Jessica Gagnon, étudiante malécite et traditionnelle de la PNMM; Lyne Pelletier, traditionnelle de la PNMM.
Agrandir l'image
Pour faire suite à une résolution adoptée par le Conseil des gouverneurs, l’Université de Moncton a posé un geste de solidarité hier (jeudi) en hissant le drapeau de la Première Nation malécite du Madawaska (nation wolastoqiyik) de façon permanente à son campus d’Edmundston.

« C’est un geste important qui symbolise le fait que ce campus est situé sur le territoire traditionnel non cédé des Wolastoqiyik (Malécites), a mentionné le recteur et vice-chancelier par intérim, Jacques Paul Couturier. Il jette les bases d’un partenariat durable pour faire progresser la réconciliation avec les peuples autochtones. »

« Ce geste de l’Université de Moncton, campus d’Edmundston, constitue une étape d’un long parcours à la réconciliation, mentionne Patricia Bernard, la chef et conseillère en matière d’affaires juridiques et de gouvernance auprès de la Première Nation malécite du Madawaska. Notre drapeau symbolise notre présence continue sur notre territoire traditionnel, non seulement depuis la nuit des temps, mais aussi au fil des jours, jusqu’à maintenant, jusqu’à demain et dans l’avenir. Nous sommes toujours ici et nous avons continué à vivre dans nos anciens villages traditionnels, en dépit des difficultés. Que ce drapeau vous rappelle, aujourd’hui et tous les jours, que nous étions ici les premiers, que nous continuons à y être et que nous ne resterons pas ailleurs qu’ici. »

Après plus de 400 ans de relations entre la Première Nation malécite et le peuple acadien et les francophones, notre établissement reconnaît la résilience et la résistance du peuple wolastoqiyik (malécite) et souhaite développer une relation durable avec les Premières Nations.

Ce geste constitue l’un des éléments d’un plan de travail en voie d’élaboration par l’Université et les Premières Nations wolastoqiyik et mi’kmaq pour donner suite à l’appel à l’action de la Commission de vérité et réconciliation.
Source : Direction des communications, des affaires publiques et du marketing
Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate -
Bookmark and Share
Imprimer cette page
Calendrier
Nouvelles
Bottin
Accueil  |  Urgence  |  Assistance technique © 2019, Université de Moncton. Tous droits réservés.